Et ce matin, je me cache

Et ce matin, je me cache pour pleurer,
pour que ma fille, ne voit pas à quel point je suis inquiète.
Et ce matin, je me cache pour pleurer,
car je réalise que c’est bien moi qui vais vivre ces heures sombres.
Et ce matin, je me cache pour pleurer,
sur mon passé un semblant libre.

Et ce matin, je me cache pour pleurer,
comme ont pleuré avant moi ces hommes noirs,
impuissant pour protéger les femmes, ses enfants, ses parents, ses anciens d’une machine bien trop lourde pour lui.
Et ce matin, je me cache pour pleurer,
comme cet homme qui pense ne pas avoir fait le maximum
pour sauver les gens qu’il aime et qu’il pense qu’il aurait dû mourir pour ses idées, pour sa liberté;

Et ce matin, je me cache pour pleurer,
comme toutes ces femmes avant moi.
Qui ne pouvaient pas protéger leurs enfants de la violence d’une vie.
Car elles-mêmes n’avaient pas d’existence réelle.
Et ce matin, je me cache pour pleurer,
comme toutes ces femmes qui se sont battus jusqu’à ce qu’on leur ôte la vie
pour leurs idées et qui on se sentiment d’avoir abandonner leurs enfants,
car pour leurs idées, elles ne sont plus là pour les accompagner.

Et ce matin, je me cache pour pleurer.
Et je vois cet homme noir, casser par l’esclavagisme, détruit de l’intérieur par la culpabilité de n’avoir pas fait suffisamment pour les siens.
Et je vois cette femme qui préfère se taire pour rester près de ses enfants et leur apporter ce qu’elle peut d’amour et de douceur dans un monde sombre.
Et je vois cette femme qui a donné sa vie pour ses idées et qui ne saura jamais s’il fallait mieux se taire et rester en vie ou crier fort ses convictions jusqu’à en mourir.

Et ce matin, alors que je me cache pour pleurer.
Tous me tendent la main,
pour m’aider,
pour que je me sente moins seule dans ces temps sombres.
Et tous me donnent la main,
pour me permettre de me relever,
me donnant leur force et se levant avec moi pour nos mêmes idées, nos mêmes libertés.

Et ce matin, je ne suis plus seule dans ce moment sombre de nos vies.
Le passé se lie à moi pour affronté ce présent qui changera notre histoire, qui libérera l’homme de lui-même.

Tous unis, dans cet espace et ce temps,
pour libérer l’Homme dans toutes ces époques.
Dans ce passé connu et inconnu,
Dans ce présent instable,
Dans ce futur sombre.

Tous unis.

Anne-Sophie Pau
Message canalisé le 03.11.2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *